Au 19e siècle, des chronographes sont développés pour répondre à la nécessité croissante de mesurer de courtes périodes et performances, telles que des courses de chevaux. À l’instar des complications à sonnerie et des complications astronomiques, les chronographes sont une spécialité d’Audemars Piguet depuis ses débuts. Parmi les plus rares au monde, les montres-bracelets vintage d’Audemars Piguet composent une collection patrimoniale de 307 chronographes d’exception fabriqués entre les années 1930 et 1950.

NOS CHRONOGRAPHES

CHRONOGRAPHE

Un chronographe est une complication qui mesure et affiche des temps en continu ou par intervalle, sans incidence sur les fonctions de chronomètre de la montre. L’aiguille centrale permet de démarrer, d’arrêter et de redémarrer le chronographe à volonté, puis de le remettre à zéro en actionnant un ou plusieurs poussoirs. Un chronographe est techniquement complexe : plusieurs années sont nécessaires avant de maîtriser un cinquième de seconde !

AIGUILLES
DE RATTRAPANTE

Les chronographes à rattrapante sont équipés d'une aiguille des secondes supplémentaire qui peut être stoppée dans sa course afin de mesurer un temps intermédiaire ou de mémoriser un temps de référence. Lorsque la fonction est activée au début d’une course, les deux aiguilles démarrent simultanément. L’aiguille de rattrapante peut être stoppée à tout moment afin de mesurer un temps, pendant que l’aiguille du chronographe poursuit sa course. D’un simple actionnement de poussoir, l’aiguille de rattrapante se resynchronise sur l’aiguille du chronographe et les deux reprennent le chronométrage à l’unisson.

CHRONOGRAPHE
FLYBACK

La fonction flyback (ou retour en vol) d’un chronographe permet à l’utilisateur de réinitialiser les aiguilles du chronographe sans avoir à le stopper préalablement.

CHRONOGRAPHE
À CHRONOMÈTRE

En 2010, le pilote de formule 1 Michael Schumacher met Audemars Piguet au défi de créer une montre-bracelet mécanique capable de mesurer les temps en continu sur le circuit, sans avoir à redémarrer le chronomètre à chaque tour. Une prouesse uniquement réalisable numériquement auparavant ! Cinq ans plus tard, la Manufacture produit la Laptimer, constituée d’un chronographe doté de la fonction flyback à deux aiguilles centrales des secondes indépendantes, contrôlées par trois poussoirs.

Ce mécanisme breveté intègre pas moins de trois roues à colonnes. L’une de celles-ci, positionnée à six heures, contrôle la séquence du chronographe, tandis que les deux autres roues, positionnées à douze heures, contrôlent la séquence complexe du chronométrage des temps au tour.