La tradition et l’avant-garde sont ancrées dans l’ADN d’Audemars Piguet. Au fil des ans, l’entreprise a formé plusieurs générations d’artisans talentueux qui n’ont cessé de développer de nouvelles compétences et techniques, élargissant le champ de leur savoir-faire afin d’introduire des tendances novatrices. Ces innovations ont contribué à faire progresser l’industrie de la Haute Horlogerie.

UN ESPRIT
D’AVANT-GARDE

Depuis toujours, Audemars Piguet trace son propre chemin et reste fidèle à ses convictions. Tout commence en 1875, lorsque les deux fondateurs prennent la décision audacieuse, qui deviendra leur crédo, de créer des garde-temps uniques à la main, à l’aube de l’industrialisation. Tout en restant attachés aux traditions, ils ne cesseront dès lors de faire progresser leur art, non seulement en créant des pièces plus petites et plus fines, mais aussi en exploitant les nouvelles technologies pour améliorer les complications et les fonctionnalités.

Cet esprit pionnier amènera Audemars Piguet à détenir un nombre record de premières mondiales, à commencer par la toute première montre bracelet, créée en 1892 en collaboration avec Louis Brandt & Frères, et suivie en 1921 de la montre de poche la plus fine jamais produite, dotée d’un mouvement de seulement 1.32 mm (calibre 17SVF#5). 

Parallèlement à ces avancées techniques sont progressivement introduits des designs avant-gardistes, qui, au fil des ans, viennent bousculer les codes de l’industrie horlogère. Tandis que la Royal Oak érige l’acier au rang de matériau aussi noble que l’or en 1972, la Royal Oak Offshore (1993) et la Royal Oak Concept (2000) deviennent des plateformes d’expérimentation, notamment pour l’introduction de matériaux aussi divers que le tantale, la céramique et le carbone forgé®.

LA
ROYAL OAK

Imaginée par Gérald Genta et introduite en 1972, la Royal Oak surprend par l’originalité de sa large boîte tonneau de 39 mm, sa lunette octogonale dotée de huit vis hexagonales apparentes, son écran guilloché « Tapisserie », son bracelet facetté et sa carrure en acier finie à la main. Cette montre vient révolutionner les codes du design à une époque où la plupart des montres de poche pour hommes sont de forme ronde, de taille plus petite, d’architecture classique et fabriquées en métaux précieux.

Initialement, l’idée de son créateur est de protéger, grâce à une armure en acier inoxydable, le mouvement automatique avec indication de date le plus fin au monde (3,05 mm) lancé en 1967. Peu utilisé en Haute Horlogerie, et bien plus difficile à travailler que l’or, l’acier nécessite alors d’investir dans de nouveaux outils et de nouvelles techniques. La boîte et le bracelet en acier de la Royal Oak arborent des décorations raffinées, alternant finitions polies à la main et brossées satinées qui ont fait sa légende Pour la première fois, l’acier conquiert ses lettres de noblesse au même titre que l’or.

Audemars Piguet a toujours gardé un pied ancré dans la tradition et l’autre tourné vers l’avenir de la technologie et du design horlogers.

Jasmine Audemars

Chairwoman of the Board of Directors

RD#1: LA ROYAL OAK
CONCEPT SUPERSONNERIE

Présenté en 2015, le prototype de la Royal Oak Concept Supersonnerie, baptisé RD#1, révolutionne la construction de la boîte des répétitions minutes traditionnelles. La technologie brevetée de Supersonnerie Audemars Piguet est le fruit de huit années de développement en collaboration avec l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL).

Inspirée par la capacité sonore des anciennes montres à répétition minutes ainsi que par l’harmonie des instruments de musique, une communauté d’horlogers, de techniciens, de chercheurs et de musiciens a réinventé la construction de la boîte pour élaborer une nouvelle technologie de sonnerie.

La puissance acoustique, la qualité sonore et les tonalités harmoniques exceptionnelles de la Supersonnerie sont assurées par des timbres, une construction de boîte et un régulateur de sonnerie, tous brevetés. Les timbres ne sont pas attachés à la platine principale, mais à un nouveau dispositif tenant le rôle de table d’harmonie, qui empêche l’absorption du son et maximise l’amplification. Le régulateur de sonnerie révisé élimine les bruits parasites grâce à son système d’ancre, plus flexible. Cette technologie Supersonnerie innovante procure également un tempo plus rapide.

RD#2: ROYAL OAK À QUANTIÈME PERPÉTUEL
EXTRA-PLAT AUTOMATIQUE

Introduite en 2018, la Royal Oak RD#2 signe un nouveau record horloger. La Royal Oak Quantième Perpétuel Extra-plat Automatique devient, avec son mouvement de 2,89 mm d'épaisseur et sa boîte haute de 6,3 mm, la montre-bracelet automatique la plus fine au monde

Royal Oak
Concept Laptimer

En 2015, Audemars Piguet sort la Royal Oak Concept Laptimer Michael Schumacher, développée en collaboration avec le célèbre pilote de F1 en 2010, Schumacher a mis les ingénieurs d’Audemars Piguet au défi de créer une montre-bracelet mécanique capable de chronométrer le temps de plusieurs tours de course consécutifs sur le circuit – une mesure qui ne pouvait être réalisée que de façon digitale auparavant.

Cinq ans plus tard, la Manufacture présente sa Laptimer, une montre à fonction brevetée disposant d’un chronographe unique équipé de deux aiguilles centrales indépendantes contrôlées par trois poussoirs : le premier positionné à deux heures, pour démarrer et arrêter le chronographe, le deuxième à quatre heures, pour remettre le chronographe à zéro, également équipé de la fonction flyback lorsqu’il est activé, et le troisième poussoir laptimer, à neuf heures, Ce troisième poussoir permet d’arrêter une des deux aiguilles du chronographe et, instantanément, de remettre l’autre à zéro et de la redémarrer. Lorsque le temps du dernier tour est relevé, le chronométrage du suivant est déjà en cours. L’action peut être répétée indéfiniment.