DÉCROCHER LA LUNE

LA MONTRE-BRACELET À QUANTIÈME PERPÉTUEL AUDEMARS PIGUET

Depuis sa fondation, en 1875, Audemars Piguet n'a eu de cesse de concevoir des montres d'exception à quantième perpétuel. Si les appareils de mesure du temps peuvent être considérés comme un prolongement et une expression de l'astronomie, le mécanisme du quantième perpétuel est la complication incarnant le lien ancestral entre l'observation astronomique et l'évolution des calendriers et des garde-temps. La vallée de Joux est le lieu idéal pour l'observation des paysages et du ciel, et ses horlogers se sont toujours dits inspirés par leur environnement naturel.

Les montres-bracelets à calendrier Audemars Piguet ont toujours été prisées par les collectionneurs pour leur grande rareté et leurs qualités esthétiques exceptionnelles. La Manufacture produit des montres de poche à quantième perpétuel depuis sa fondation, en 1875. Les premières montres de poche à calendrier complet et phases de lune Audemars Piguet ont été commercialisées à partir de 1924. Les Archives révèlent que la première montre à quantième perpétuel a été fabriquée et livrée en 1950.

L'étude des archives a récemment mis au jour au moins trois exemplaires d'une montre-bracelet à quantième perpétuel, produits par Audemars Piguet à compter de 1950. Toutefois, ceux-ci n'indiquaient pas encore les années bissextiles. Leur production ayant démarré juste avant l'introduction de codes de référence, ce modèle sera ensuite désigné sous le numéro 5516.

Pendant la première moitié du 20e siècle, très peu de marques étaient capables de produire de tels modèles. Beaucoup, dont Audemars Piguet proposaient des montres-bracelets à calendrier complet, complété par des phases de lune, mais la production du quantième perpétuel s'est avérée particulièrement difficile, puisqu'elle a nécessité de miniaturiser une complication de haut niveau : un véritable défi horloger ! La première montre-bracelet à quantième perpétuel est attribuée à Patek Philippe, en 1925, qui lance en 1941 le premier modèle fabriqué en série. Ces modèles d'exception, particulièrement prisés des collectionneurs, marquaient un véritable tournant dans l'industrie horlogère. Ils restaient toutefois dépourvus de l'indication des années bissextiles qui caractérisait les montres de poche dont ils s'inspiraient. Absolument essentielle sur une montre à quantième perpétuel, l'indication des années bissextiles situe clairement et avec précision le mécanisme de calendrier au sein des cycles astronomiques.

En 1955, Audemars Piguet a commencé la production de la toute première série de montres-bracelets à quantième perpétuel dotée de cette indication essentielle. Cette nouvelle génération de la référence 5516 est produite à seulement 9 exemplaires, abrités dans des boîtiers de 36,5 mm aux finitions méticuleuses et aux cadrans délicatement ouvragés. Ajoutant à la rareté de ce modèle révolutionnaire, la série présente de légères variations, qui font de certains exemplaires des créations totalement uniques.

Produite à partir de 1955, la première série de la référence 5516, avec indication des années bissextiles compte seulement 3 exemplaires identifiables par un guichet de la phase de lune, à 12 heures, et un sous-cadran de 48 mois avec indication des années bissextiles à 6 heures. Les mois sont divisés en quatre quadrants correspondant aux quatre années du cycle et clairement indiqués par les mentions 1st YEAR - 2nd YEAR - 3rd YEAR - 4th YEAR. Pour favoriser la lisibilité de la montre, les 12 mois de l’année sont indiqués une seconde fois plus clairement sur le sous-cadran à 3 heures, par leurs trois premières lettres. La mise en fabrication de ces montres a commencé en 1955, pour une livraison 4 ans plus tard.

Toutes mises en fabrication en 1957, les six pièces d’exception de cette déclinaison ont été vendues entre 1963 et 1969. L'un des trois modèles actuellement détenus par le département Patrimoine Audemars Piguet porte la signature de son revendeur, Tiffany & Co. sur son cadran.

En plus d’être la toute première montre-bracelet à quantième perpétuel produite en série avec indication des années bissextiles sur son cadran, le modèle 5516 est aussi un bon exemple de la survie du système dit de “l’Établissage” au 20e siècle. Implanté à la vallée de Joux au 18e siècle, ce mode de production repose sur la collaboration de centaines de petits ateliers indépendants, hautement spécialisés. Véritable chef d’orchestre, l’Établisseur coordonne les artisans, puis se charge de l’assemblage, du réglage, de l’emboîtage et de la commercialisation des montres.

Ainsi, ressorts, ancres, rubis, vis, assortiments et fournitures des 12 exemplaires du 5516 ont été fabriqués dans de multiples micro-structures de la vallée de Joux. L’ébauche (pont et platine) a été réalisée par la société Valjoux et la cadrature du quantième par l’artisan indépendant Alfred Aubert. Les horlogers d’Audemars Piguet ont coordonné ces opérations, décoré, ajusté et assemblé les composants du mouvement. Ils ont ensuite emboîté et terminé la montre avant de procéder à sa commercialisation, par le biais de leur réseau de détaillants, ou en s’associant avec d’autres maisons prestigieuses.

La référence 5516 incarne à la perfection l'équilibre entre innovation et tradition qui a toujours caractérisé Audemars Piguet. Pionnière d'une nouvelle tendance, elle est la première montre-bracelet à quantième perpétuel dotée d'une indication des années bissextiles. Massive pour l'époque, elle possède un boîtier de 36,5 mm de diamètre. C'est aussi un modèle très profondément ancré dans la tradition, héritier du système de l'Établissage mis en place au 18e siècle dans la vallée de Joux, que Jules Louis Audemars et Edward August Piguet respectaient dès la fondation d'Audemars Piguet, en 1875.