Voir les dernières histoires

Phoebe Hui,
The Moon is Leaving Us

En 2019, l’artiste Phoebe Hui, basée à Hong Kong, a été choisie pour imaginer la cinquième Audemars Piguet Art Commission, en collaboration avec Ying Kwok, curatrice invitée du projet, récemment nommée Senior curator (Digital et Patrimoine) de Tai Kwun Centre for Heritage and Art. L’installation de Phoebe Hui marque la première Audemars Piguet Art Commission à être présentée en Asie, et sera visible au Duplex Studio de Tai Kwun du 25 avril au 23 mai 2021.

En raison de la pandémie de COVID-19, les visites de l’exposition ne sont accessibles qu’à distance.

La Commission d’Art Audemars Piguet est un concours organisé tous les deux ans sous l’égide d’Audemars Piguet Contemporary, une division de la Manufacture suisse de Haute Horlogerie. À chaque Commission d’Art, un artiste, encore méconnu à l’international, est sélectionné avec l’aide d’un curateur invité de renom, afin de produire une installation artistique à grande échelle. Chaque artiste choisi se voit offrir l’opportunité de collaborer avec le curateur invité (un expert de sa région) ainsi que l’équipe d’Audemars Piguet Contemporary, qui accompagne et soutient le duo, de l’étude du projet au développement et à l’exposition de l’œuvre.

Intitulée « The Moon Is Leaving Us », cette installation majeure de Phoebe Hui souligne le rôle critique que joue la représentation dans la science et dans notre compréhension de l’Univers. Elle se compose de deux œuvres principales : « Selena », une machine conçue pour produire des dessins de la Lune, et « Selenite », un robot cinétique composé de moniteurs mobiles et filtres polarisants.

En s’inspirant des données scientifiques les plus récentes et d’observations historiques de la Lune datant du 16e siècle, l’artiste juxtapose représentations astronomiques historiques et imagerie scientifique de pointe, construisant ainsi des dispositifs robotiques qui réinterprètent les données et se concentrent sur les instruments de médiation utilisés pour décrire le monde visible et invisible.

Hui examine les nombreuses manières dont nous représentons la Lune et estompe les frontières entre science et poésie en faveur d’un nouvel éclairage des liens culturels que nous entretenons, sur une échelle globale, avec l’unique satellite naturel de la Terre.

Au travers d’une approche épistémologique, l’artiste saisit la mélancolie intrinsèquement liée au fait scientifique que la Lune s’éloigne lentement de la Terre.

Réservez votre
visite guidée virtuelle

En raison de la pandémie de COVID-19, les visites de l’exposition ne sont accessibles qu’à distance. Veuillez cliquer ici pour réserver une visite virtuelle de l’exposition sur Zoom guidée par la curatrice d’Audemars Piguet Contemporary, Audrey Teichmann.

DÉCOUVREZ L'EXPOSITION
VIRTUELLEMENT

La Lune occupe une place particulière dans le cœur des gens. Inhabitable et éloignée, elle est un lieu imaginaire qui invite à l’exploration et peut métaphoriquement rapprocher familles et amis séparés. D’aussi loin que je me souvienne, ce symbole du futur et des possibles m’a toujours attirée.

Phoebe Hui

À PROPOS
DE L’EXPOSITION

« Pour moi, un astronaute incarne la nécessité d’abandonner le quotidien pour explorer de nouvelles voies de compréhension du réel, ou, comme en art contemporain, de développer des perspectives alternatives au regard que nous portons sur le monde. Plus j’ai pensé à quel point nos horizons ordinaires sont limités, plus j’ai pris conscience que la réalité n’est pas une constante, mais une variable. The Moon is Leaving Us interroge ce que nous considérons comme factuel lorsqu’il est question de nature, par rapport au monde invisible qui échappe à notre regard.

 Mon ambition est de transformer un espace artistique en réserve urbaine pour amener différents publics à explorer, réfléchir, construire ou reconstruire leurs relations avec notre univers. »

Découvrez-en davantage sur l’exposition et observez de près Selena et Selenite dans la vidéo suivante.

À PROPOS DE L’ARTISTE
PHOEBE HUI

Phoebe Hui est une artiste interdisciplinaire et une chercheuse travaillant principalement sur la relation entre langage, son et technologie. Ses projets récents traitent de concepts tenant de la philosophie des sciences, de l’esthétique des systèmes et du concept d’indétermination. Elle a obtenu un MFA du UCLA Design Media Art de Los Angeles, un MA de Beaux-Arts du Central Saint Martins College d’Art et de Design de Londres et un BA en Médias Créatifs de la City University d’Hong Kong. Elle a reçu de nombreuses bourses et prix, dont le HKETO Yale-China Art Fellowship, le Hong Kong Art Development Council Young Artist Award (Media Art), l’Asian Cultural Council Altius Fellowship, le Bloomberg Emerging Artist Award, l’Asian Cultural Council United States-Japan Arts Program Research Fellowship, le Hong Kong Art Development Council Art Scholarship, le Hong Kong Design Association Design Student Scholarship. Elle a présenté sa pratique artistique basée sur la recherche et des articles scientifiques dans des institutions et événements internationaux, tels que Ars Electronica, ISEA, le MIT Media Lab, Asian Contemporary Art Week, le Metropolitan Museum of Art et l’International Festival of Arts and Ideas.

À PROPOS DE LA CURATRICE INVITÉE
YING KWOK

Ying Kwok est la nouvelle curatrice en chef Digital and Heritage au Tai Kwun, Centre for Heritage and Arts. Elle est reconnue pour son approche curatoriale innovante, se focalisant sur les « limites de la collaboration » entre curateurs, artistes et communauté. De 2006 à 2012, elle travaille en tant que curatrice du Chinese Arts Centre à Manchester au Royaume-Uni. Elle a co-curaté de nombreuses expositions internationales, dont Harmonious Society à la Triennale d’Asie de Manchester (2014), From Longing to Belonging avec le Centre d’Art Contemporain Łaźnia en Pologne (2014, 2016), No Cause for Alarm à La Mama Gallery, New York (2016), et le festival en ligne Peer to Peer: UK/HK (2020). Elle reçoit la bourse du Conseil Culturel d’Asie en 2015 et mène des recherches durant cinq mois pour des projets participatifs et d’engagement aux États-Unis.

Afin d’encourager la pensée critique et les débats constructifs à Hong Kong, Ying Kwok fonde the Art Appraisal Club avec un groupe local de professionnels du monde de l’art. Le club propose régulièrement des critiques d’expositions publiées dans des magazines et sur différentes plateformes dédiées aux arts et à la culture. Ying Kwok a également été la curatrice de la présentation hongkongaise de la 57e Biennale de Venise, en 2017.