Voir les dernières histoires

cao fei,
Isle of Instability

Présentée en avant-première à West Bund Art & Design en novembre 2020, Isle of Instability relate l’expérience personnelle du confinement vécu par Cao Fei pendant la pandémie de Covid-19. Imaginée et produite à Singapour, loin de la résidence, du studio et des habitudes quotidiennes de l’artiste à Pékin, en compagnie de sa fille qui a tenu le rôle d’assistante et d’actrice, l’œuvre explore les frustrations et les émotions ressenties, ainsi que le retentissement physique et psychologique de l’isolement sur elle et sur sa famille. L’œuvre est également source de réconfort, en permettant au public de converser à propos de ces expériences mondialement partagées et des différentes manières dont l’humanité fait face à l’incertitude. 

 

 

La commande d’Audemars Piguet Contemporary à l’artiste était en projet bien avant le déclenchement de la pandémie. En octobre 2019, Cao Fei s’est rendue au siège de la marque, au Brassus, afin de finaliser les plans de son œuvre. Face à la propagation mondiale des cas de Covid-19, Cao Fei et sa famille se sont retrouvés bloqués à Singapour, sans pouvoir retourner chez eux, à Pékin, en raison des restrictions imposées sur les déplacements internationaux. Ensemble, l’artiste et l’équipe d’Audemars Piguet Contemporary ont décidé de changer la thématique de l’œuvre commandée, afin qu’elle reflète l’état actuel du monde.

Ayant été éloignée pendant si longtemps de chez moi la culture étrangère m’est devenue familière, la cuisine exotique est devenue mon incontournable délicatesse, le labyrinthe de ruelles ma routine quotidienne, mes voisins étrangers mes amis de palier, et moi qui étais autrefois une hôte de ce pays, j’en suis devenue résidente. Se perdre entre deux mondes, est probablement devenu un luxe.

CAO FEI

CAO FEI

La pratique de l’artiste chinoise Cao Fei (née en 1978) est un brassage de plusieurs disciplines (cinéma, médias numériques, photographie, sculpture, installation et performance), qui, toutes, capturent sa fascination pour les réactions humaines aux développements technologiques fulgurants des deux dernières décennies. Cao Fei explore un ensemble de concepts plus larges qui font écho à notre expérience contemporaine du monde. Parmi les idées explorées figurent l’omniprésence du virtuel, le potentiel de la technologie à altérer notre perception de soi et à appréhender la réalité, les systèmes de production et l’automatisation des infrastructures de production qui favorise notre désir de consommation, notre relation à l’architecture et aux environnements bâtis qui évoluent constamment, ainsi que l’importance de la mémoire et la façon dont le passé peut venir hanter le présent. 

Les œuvres de Cao Fei ont été exposées dans plusieurs biennales et triennales internationales, dont la Biennale de Shanghai (2004), les 15e et 17e éditions de la Biennale de Sydney (2006 et 2010), la Biennale d’Istanbul (2007), et les 50e, 52e et 56e éditions de la Biennale de Venise (2003, 2007 et 2015). En 2016, Cao Fei fait pour la première fois l’objet d’une exposition solo au MoMA PS1 à New York. Récemment, elle a exposé en solo au Centre Pompidou à Paris (2019) et à la Serpentine Gallery de Londres (2020). En 2021, Cao Fei sera pour la première fois à l’honneur d’une grande rétrospective en Chine occidentale, où elle sera exposée au Centre d’Art Contemporain UCCA de Pékin, et également d’une exposition solo au Musée MAXXI à Rome.