25 septembre 2013 08:12:00 BST

Millenary Répétition Minutes

Intégralement conçu, mis au point et produit par Audemars Piguet, le nouveau calibre à remontage manuel qui entraîne la Millenary Répétition Minutes se distingue particulièrement de par la construction inédite de l’organe réglant qui se compose non pas d’un mais de deux spiraux placés l’un sur l’autre.

  • Millenary Minute Repeater
  • Millenary Minute Repeater
  • Millenary Minute Repeater
RSS

Comme toute grande invention, la répétition minutes est née d’un besoin. Cette complication horlogère des plus vénérées et envoûtantes a été inventée, bien avant l’électricité, dans le but de résoudre une très vieille énigme qui paraissait pourtant simple : comment lire l’heure dans le noir.

Le mécanisme de sonnerie est la plus ancienne complication de toutes et, dès le XVème siècle, certaines montres de poche étaient capables de sonner le passage des heures, avec l’apparition presque 200 ans plus tard de mécanismes de répétition des quarts qui étaient en mesure d’indiquer les heures et les quarts à la demande. Ces montres, dotées d’une « mémoire » mécanique, représentent aujourd’hui la plus grande preuve de maîtrise horlogère et font partie d’un domaine réservé exclusivement à une poignée de fabricants de mouvements.

Depuis sa fondation en 1875, la maison Audemars Piguet a adopté l’art de la répétition minutes qui a été longtemps considérée comme une part importante de l’héritage de cette manufacture de montres de poche et montres-bracelets. D’autres complications sont venues s’ajouter avec le temps, par exemple un quantième perpétuel, un chronographe et, en 1885, l’indication de réserve de marche.

Cette richesse d’expérience a permis à l’horloger de créer la première montre-bracelet à répétition minutes en 1892, un chef-d’œuvre de miniaturisation qui est vite devenu un pilier central dans la construction de la marque. Ainsi, Audemars Piguet est devenu à la fin des années 80 l’un des premiers fabricants à remettre au goût du jour la répétition minutes, tombée dans l’oubli depuis des dizaines d’années.

Cette tradition de longue date perdure maintenant dans la nouvelle Millenary Répétition Minutes, une montre-bracelet exceptionnelle à remontage manuel, munie d’un boîtier ovale et d’une architecture tridimensionnelle qui viennent compléter un mouvement raffiné mis en valeur par un échappement, un double spiral, un mécanisme de sonnerie et des timbres signés Audemars Piguet, le tout pour le plaisir des yeux et des oreilles.

Millenary Répétition Minutes

  • La dernière-née de la gamme

    Millenary RÉPÉTITION MINUTE AVEC ECHAPPEMENT AUDEMARS PIGUET

    Montre avec répétition minute, petite seconde, échappement Audemars Piguet et double spirale, à remontage manuel. Boîte en or rose, cadran en émail blanc et chiffres romains noirs.

    Voir les détails
    Reference 26371OR.OO.D803CR.01 Thumbnail

    Calibre Audemars Piguet 2928

    Calibre Audemars Piguet 2928, front
    Face
    Calibre Audemars Piguet 2928, back
    Dos

La dernière-née de la gamme

La nouvelle Millenary Répétition Minutes vient perpétuer une gamme de montres-bracelets à complications Audemars Piguet qui comprend des pièces d’exception telles que la Tradition d'Excellence nº 5, la MC12, la Seconde Morte et la Carbon One. Avec son boîtier en or rose, la montre est dotée des fonctions d’heures, minutes, secondes et répétition minutes ainsi que d’un système de remontage spécial qui en font (comme ses illustres ancêtres) un mélange exquis de sophistication technique, de matières innovantes et de savoir-faire horloger.

La forme originale de son boîtier procure une monture rapidement reconnaissable aux captivants sous-cadrans en or et émail qui laissent deviner le remarquable mécanisme interne de la montre.

En l’observant, on découvre que les horlogers d’Audemars Piguet ont combiné la tradition de construction de la répétition minutes avec les toutes dernières avancées techniques de la manufacture, à commencer par l’échappement AP.

Essentiel à la bonne marche d’une montre, l’échappement sert à transmettre l’énergie du barillet au mouvement d’une manière parfaitement régulière et linéaire. S’inspirant du travail du célèbre horloger français du XVIIIème siècle, Robert Robin, l’invention d’Audemars Piguet allie l’efficacité d’un échappement à impulsion directe à la fiabilité d’un échappement à ancre suisse.

Les horlogers du Brassus sont ainsi parvenus à réduire les pertes d’énergie et à se passer de la lubrification des levées. Un progrès technique révolutionnaire qui a amélioré la précision de la chronométrie, la stabilité à long terme et la résistance aux chocs.

Une technique sophistiquée

Intégralement conçu, mis au point et produit par Audemars Piguet, le nouveau calibre à remontage manuel qui entraîne la Millenary Répétition Minutes se distingue particulièrement de par la construction inédite de l’organe réglant qui se compose non pas d’un mais de deux spiraux placés l’un sur l’autre.

Ce système de double spiral plat monté en opposition présente de nombreux avantages : il compense automatiquement les éventuels défauts d’équilibrage ; il permet de renoncer aux « courbes terminales » des spiraux dits Breguet (toujours très délicates à construire) et il supprime les défauts de précision liés à la position verticale de la montre, sans avoir recours à un dispositif complexe comme peut l’être le tourbillon.

Toutes ces caractéristiques permettent d’assurer un réglage fin du montage de spiraux qui oscille à 21 600 alternances par heure. De même, les deux barillets garantissent une réserve de marche exceptionnelle de sept jours et un troisième barillet, dédié au mécanisme de sonnerie, dépasse de deux fois et demie la taille d’un barillet normal et améliore ainsi la régularité du son.

Enfin, en termes de sécurité, la Millenary Répétition Minutes est équipée d’un système d’arrêt du balancier pour permettre une mise à l’heure précise à la seconde près. Le nouveau mécanisme de remontage intègre également un dispositif de sécurité qui empêche la mise à l’heure pendant le fonctionnement de la sonnerie, afin d’éviter d’endommager la montre.

Une architecture tridimensionnelle dynamique

Un tel mécanisme d’exception mérite une finition tout aussi exceptionnelle. Le boîtier ovale Millenary est en or rose brossé et surmonté d’une lunette en or rose poli.

La position du cadran en or et émail blanc des heures et des minutes, excentré à trois heures, et du compteur de petites secondes à sept heures offre une vue sur les principaux composants du mouvement et révèle ainsi toute une richesse de bords biseautés à la main et d’angles internes, ainsi que les effets de la galvanisation de couleur anthracite. On peut également observer le magnifique timbre « bleuté » de la répétition minutes qui épouse délicatement la forme arrondie du boîtier.

Ce niveau de détail exceptionnel peut s’admirer des deux côtés de la montre grâce au dos de boîtier transparent. De cette manière, l’architecture tridimensionnelle de la Millenary Répétition Minutes peut être appréciée depuis deux points de vue différents.

L’inscription de cette montre dans la longue tradition de fabrication de répétition minutes d’Audemars Piguet est sans aucun doute décisive, notamment parce qu’elle apporte une fabrication du XXIème siècle à une complication vieille de plusieurs siècles.