22 mars 2013 05:49:00 UTC

Le nouveau siège ibérique d’Audemars Piguet s’installe dans un édifice emblématique de Madrid, signé Antonio Palacios : le 3 Marqués de Villamejor.

Audemars Piguet vient de transférer son siège madrilène au numéro 3 de la rue Marqués de Villamejor. Cet édifice, qui compte parmi les plus emblématiques de la capitale espagnole, est une œuvre de l’architecte Antonio Palacios Ramilo, a qui l’on doit notamment le Palais des communications de la Plaza de Cibeles, à savoir l’hôtel de ville madrilène.

  • Audemars Piguet Lounge
  • Audemars Piguet Lounge
  • Audemars Piguet Lounge
RSS

Antonio Palacios : l’architecte

Né dans un village de Galice en 1876, Antonio Palacios passe la majeure partie de sa vie à Madrid, où il réalise certaines de ses œuvres les plus connues. Néanmoins, l’architecte conserve toujours un lien culturel et professionnel avec sa région natale. Palacios crée ses plus grands édifices entre 1910 et 1926.

Son style initial s’inspire de la Sécession viennoise pour évoluer peu à peu vers le régionalisme. Tout au long de sa carrière, ses œuvres restent malgré tout empreintes de ses racines espagnoles, caractérisées par les styles plateresque et manuélin. Il est également fortement influencé par l’expressionisme.

Son œuvre s’articule autour de trois périodes, marquées par son état d’esprit personnel. La première, de 1900 à 1917, est celle de son étroite collaboration avec son ancien camarade Otamendui. Puis à partir de 1917, Palacios se consacre à l’architecture et à l’urbanisme en solitaire. C’est alors que ses tendances monumentales s’accentuent. Enfin, de 1936 à sa mort, il vit isolé et ne dessine plus que des visions extravagantes. Son œuvre est très appréciée jusqu’en 1926, année où il conçoit le centre culturel Círculo de Bellas Artes de Madrid. Après cet édifice qui constitue l’apogée de sa carrière, son succès s’estompe peu à peu. Antonio Palacios semble déçu par le mouvement monumental ainsi que la conception des bâtiments publics. Il meurt en 1945, dans une petite maison qu’il a lui-même dessinée dans le quartier madrilène d’El Plantío.

Les trois édifices madrilènes les plus représentatifs du style d’Antonio Palacios sont le Palais des communications (actuel hôtel de ville), l’hôpital Jornaleros de Maudes (ministère des transports de la communauté autonome de Madrid) et le bâtiment Cariátides (siège de l’Institut Cervantes).

On lui doit également l’intérieur des premières stations de métro de la capitale espagnole. En effet, c’est lui qui conçoit les voies d’accès et l’esthétique des premières lignes, ainsi que le célèbre logo en forme de losange.

Le 3 Marqués de Villamejor : nouveau siège d’Audemars Piguet Iberia

Cet immeuble bourgeois est construit en 1908 à la demande de Tomás Rodríguez, entrepreneur originaire de León qui a créé la crèmerie Mantequerías Rodríguez (dont les descendants sont toujours implantés dans le quartier). Aujourd’hui, cet édifice est un monument artistique et historique protégé.  

En effet, il nous rappelle à quel point Antonio Palacios savait utiliser les végétaux et les ornementations. Ainsi, la façade et les intérieurs allient décorations florales et géométriques qui évoquent l’influence de la Sécession viennoise. Parmi les œuvres d’Antonio Palacios, c’est celle qui s’approche le plus du modernisme.

Palacios était très minutieux dans son travail ; il s’attachait à des détails comme les poignées ou l’esthétique des portes, qui témoignent aujourd’hui encore de son génie. Ici, il a accordé tellement de soin aux finitions que même les canalisations sont décorées.

Petite rue du quartier de Salamanca, la calle Marqués de Villamejor compte trois immeubles conçus par Antonio Palacios. L’un d’eux a d’ailleurs été la demeure du philosophe Ortega y Gasset.

Le célèbre architecte Tarruel, lui-même voisin de cet édifice et qui s’est chargé de le rénover en profondeur, explique : « Cette rénovation nécessitait des interventions quasi chirurgicales, d’une précision digne d’un horloger. » Des paroles qui semblent presque prophétiques quand on sait qu’Audemars Piguet a décidé d’installer son siège ibérique au premier étage de cet immeuble.

Quant à la décoration des nouveaux bureaux d’Audemars Piguet, elle a été confiée au cabinet CGR Arquitectos, qui a su insuffler les valeurs de la marque dans son propre style. Les boiseries en chêne, la verdure des végétaux et le blanc des murs et des textiles évoquent les couleurs de la vallée de Joux en Suisse.