Spiralage, The Heart of Time
29 août 2011 Histoires

Le spiralage, au cœur de l’heure

Chez Audemars Piguet, cette technique s’effectue encore à la main pour les montres extra-plates, dans la plus pure tradition. Démonstration avec Erika Meyer, gardienne de ce savoir-faire en voie de disparition.

RSS

Les amateurs de montres ont sans doute entendu parler du «spiralage», sans savoir de quoi il s’agit. «C’est l’équivalent du cœur chez l’être humain. Sans lui, rien ne bat. Le temps s’arrête», explique Erika Meyer, en tenant dans la paume de sa main un ressort aussi fin qu’un cheveu. Ce minuscule objet joue en effet un rôle fondamental en haute horlogerie: la qualité de cet assemblage garantit une bonne marche du mouvement et une précision du temps à long terme.

Grâce au développement technologique de ces dernières décennies, de plus en plus de marques horlogères ont recours à des machines de haute précision pour effectuer cette opération de spiralage. Audemars Piguet fait partie des rares maisons à perpétuer la tradition du métier de régleuse avec Erika Meyer. «Le ressort doit être centré et parfaitement plat par rapport au balancier. Il faut que le mouvement d’ouverture et de fermeture soit aussi parfait que les cercles qui se forment sur une eau calme après qu’une pierre y ait été jetée», compare la quinquagénaire aux yeux gris qui travaille depuis plus de trente ans chez Audemars Piguet.

Ces différents gestes minutieux requièrent de la patience, de l’habileté, de l’œil et du doigté. Des qualités plutôt féminines, ce qui explique qu’elles sont une très nette majorité à avoir exercé ce métier en voie de disparition. «Je suis concentrée et tendue toute la journée. Même si, par expérience, je commence à bien connaître les secrets de ce petit cœur horloger», confie-t-elle.

Les quelques 800 à 900 pièces qu’elle monte par année sont destinées aux montres extra-plates et Grandes Complications de la collection ou à des modèles anciens en service d'entretien. Pour assurer la relève, elle transmet depuis plusieurs années son savoir-faire à une jeune collègue qui prendra le relais, et le passera plus loin à son tour...