Audemars Piguet revisité par de jeunes designers
23 mai 2011 Innovations

Audemars Piguet revisité par de jeunes designers

L’Ecole cantonale d’art de Lausanne expose trois prototypes de montres inspirés des grands classiques de la Manufacture. Une manière pour celle-ci d’exprimer son attachement à la création.

RSS

Une évolution de trois modèles mythiques: la Royal Oak, la Royal Oak Offshore et la Millenary. C’est l’aboutissement d’un projet mené pendant une année par des étudiants de la Haute école d’art et de design de Lausanne (ECAL). Un projet supervisé par le célèbre designer français Ronan Bourroullec dans le cadre du Master en design et industrie du luxe. «Les étudiants ont eu pour consigne d’imaginer librement des pièces qui pourraient faire partie des collections, en bousculant un peu l’ADN de la marque, explique Augustin Scott de Martinville, responsable du master au sein de l’école. Ce faisant, ils ont très naturellement fait preuve d’audace tout en respectant parfaitement les codes de l’univers Audemars Piguet.»

Créée en 2008, cette formation postgrade fait éclore une nouvelle génération de designers qui puisse répondre aux exigences du segment haut de gamme et créer de nouveaux concepts de luxe, en maîtrisant les nouvelles technologies, les compétences traditionnelles, ainsi que les différents matériaux propres à ce secteur.

«Cette collaboration artistique avec l’ECAL illustre l’ouverture et l’engagement d’Audemars Piguet pour la créativité», souligne pour sa part le directeur artistique de la marque Octavio Garcia, qui a dirigé cette coopération avec la prestigieuse école de design suisse.

Ce n’est pas la première fois que cette dernière collabore avec la Manufacture horlogère du Brassus. Audemars Piguet est l’un des partenaires privilégiés du Master Luxe & Design. Les étudiants ont réalisé un accessoire de joaillerie en 2009 et des sacs en cuir l’an dernier. «Travailler avec une telle entreprise artisanale est une chance, parce qu’elle représente un savoir-faire de grande qualité, indiscutable et intelligent. A l’heure où la notion de luxe utilisée à tort et à travers devient une notion assez abstraite, il est important que nos étudiants découvrent la culture horlogère», relève Augustin Scott de Martinville, également designer au sein du studio lausannois BIG-GAME.

Note: Les trois prototypes des étudiants seront exposés dès fin juin à l'Elac, l’espace d’exposition de l’ECAL. Plus d’informations: www.ecal.ch

Photo ©Peter Mauss