Audemars Piguet a une version mobile de son site web.

Passer à la version mobile
21st Century Pocket Watches
17 janvier 2011 Modèles

Les montres de poche du 21ème siècle

Dans un petit atelier niché sous les toits du Musée Audemars Piguet, Jean-Charles Bratschi fabrique des montres de poche à l’ancienne. Il lui faut généralement près d’une année pour fabriquer ces modèles d’exception dont raffolent les collectionneurs.

RSS

Sortir sa montre gousset d’une poche pour donner l’heure à une passante: ce geste, qui peut paraître désuet pour certains, est encore pratiqué par plusieurs passionnés de ces pièces d’horlogerie. Seul dans son atelier situé dans une salle vitrée du dernier étage du musée Audemars Piguet, Jean-Charles Bratschi réalise entièrement des montres de poche, en appliquant les méthodes artisanales traditionnelles. «Parmi les modèles typiques, je fais par exemple une répétition minute avec un quantième perpétuel, un chronographe et une rattrapante. Ils peuvent s’habiller d’or jaune, rose, gris, en titane ou en platine en fonction des demandes.»

Un processus de fabrication extrêmement long puisqu’il faut compter environ neuf mois pour terminer un garde-temps. «Il m’arrive de retoucher plusieurs fois les 638 pièces que compte une montre à sonnerie pour être certain que le fonctionnement soit parfait. Quitte à limer à nouveau plusieurs composants.» Ses pièces font le bonheur des collectionneurs. Certains d’entre eux viennent sur place rencontrer le maître horloger. Jean-Charles Bratschi se souvient d’un Américain sexagénaire qui portait un gilet avec sa grande complication Audemars Piguet, comme surgi d’un autre temps. «Il m’avait raconté qu’il faisait partie d’un club de propriétaires de grandes complications. Ils se rencontraient régulièrement pour fièrement montrer leurs trésors comme si c’étaient des trains de collection ou des timbres de grande valeur», sourit le spécialiste qui travaille depuis 31 ans pour Audemars Piguet. S’il ne pense pas que les montres de poche seront à nouveau en vogue, il tient mordicus à se porter garant d’un savoir-faire ancestral et d’un patrimoine en voie de disparition.